Home / Journal / Centre-Ville / Place Solférino
Place Solférino

Place Solférino

Place Solférino

L’endroit, classé au niveau historique, a bien failli disparaître. Sauf que les écologistes veillaient, et ont réussi à inverser la dynamique du béton.

Grâce à leur action, ils ont réussi à faire plier la municipalité alors conservatrice. Le site, entouré d’immeubles historiques dotés d’une architecture intéressante, accueille des promeneurs, en raison de sa tranquillité. La place est traversée par beaucoup de passants se rendant à l’hôpital. Entre les arbres, les bancs permettent de s’installer dans le calme. Le trafic routier est limité. La quiétude.

Fait exceptionnel, la majorité, dans sa politique d’urbanisation, n’a pas souhaité remplacer le bâti existant, dans le cadre d’une stratégie de spéculation foncière.

La place constitue un lieu exceptionnel, dans l’ilot de chaleur que forme le centre-ville. A cause de l’étroitesse de la rue de Paris et de la pollution de l’air ambiant. La nuit, la température du cœur historique est plus élevée que celle de la moyenne villeneuvoise. Avec des effets sur le développement bactériologique, et bien sûr sur le confort thermique des logements des habitants. En particulier en cas de canicule. Les murs emmagasinent alors la chaleur produite par le rayonnement solaire, et la restitue en période nocturne.

Sollicitée afin de mieux appréhender ce phénomène, en réalisant un diagnostic, et en publiant une carte appropriée, la municipalité a refusé d‘agir dans ce sens, et donc de s’investir dans la qualité de la vie de ses concitoyens.

Surtout que la place est polluée par des éléments produits par la circulation automobile, amplifiée par l’encaissement de la voie. Avec un impact sévère sur la santé. Lors de la séance de l’assemblée communale du 26 septembre dernier, les élus ont tous pu constater la prévalence de certaines pathologies sur l’état de santé de leurs concitoyens. Ceci par rapport à la moyenne établie dans le département. L’inquiétude est donc justifiée.

Les arbres de grande taille occupent la place. Ils permettent, grâce à l’évapotranspiration, de développer une hygrométrie bienvenue. Tout en limitant l’élévation de température. Ce qui démontre l’intérêt de la présence des espaces verts. Et aussi de la nécessité de les conserver, voire de développer leur surface. Par leur présence, ils empêchent une urbanisation tout azimut. L’amélioration doit être globale, c’est à dire en relation avec l’état des nappes souterraines et les sources, et donc avec l’obligation de mieux comprendre l’hydrogéologie locale.

La végétalisation du sol urbain est devenue un enjeu capital pour la prochaine équipe municipale, qui devra intégrer la protection des espaces plantés, à développer à travers le PLU. Les éléments concourant à l’humidification de l’air doivent être développées, comme toutes les actions destinées à rendre la ville plus confortable et plus attractive. Malgré la voracité des promoteurs immobiliers.

About Birol2020

Scroll To Top
WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com